Transparence et démarche qualité dans les mines au centre d’un atelier à Conakry…

L’Association mines sans pauvreté AMSP a organisé ce mercredi 26 Juillet 2017 à Conakry un atelier de cadrage de la stratégie pour une participation effective des communautés affectées au processus d’étude d’impact environnemental et social des projets miniers en République de Guinée. C’est la salle des actes du palais du peuple qui a abrité cette rencontre d’une journée organisé dans le but de faire une consultation avec les parties dans le domaine des mines des résultats du cadrage menés dans trois zones minières de la Guinée par l’ONG AMSP. Le lancement de cet atelier a été présidé par le conseillé chargé de mission du ministère des mines et de la géologie représentant le ministre, en présence des représentants du ministère de l’environnement des eaux et forêt, certaines ONG et acteurs évoluant dans le domaine des mines, le conseil d’administration de l’association mines sans pauvreté entre autre.

Prenant la parole pour son discours d’ouverture le président du conseil d’administration de l’association mines sans pauvreté, a affirmé que cette rencontre est une façon de recueillir le point de vue des participants venant de divers horizon au résultat de cadrage mené par son ONG, afin d’harmonisé les points de vue et d’amener les participation a contribuer aux recommandations et a la stratégie qui permettra à l’ONG mines sans pauvreté de mettre en place son plan stratégique sur l’amélioration de la participation des communautés au processus d’étude d’impact environnemental des projets miniers et aussi pour la mise en place d’un plan environnemental des mêmes projets. Depuis sa création en 2013 l’association mines sans pauvreté a réalisé plusieurs activités tel que, mené une enquête auprès des bureaux d’étude et des sociétés minières par rapport à leur appréciation sur le niveau de participation des communautés au processus d’étude d’impact et à la mise en œuvre du plan de gestion environnemental et social, et en dernière position les projets minières qui ont été sélectionné, l’ONG à procédé à une synthèse de ses rapports afin de mieux lui permettre de comprendre le contenu de ses rapports et faire une première appréciation à la qualité de ses études a conclu Joseph Siba Dopavogui président du conseil d’administration de l’association mines sans pauvreté.

Selon Marie Zogbily Théoro géologue et membre de l’ONG mines sans pauvreté, Ils ont visité trois zone minière au cour du cadrage, c’est zone sont respectivement BOKE en basse Guinée, MANDIANA en haute Guinée et LOLA en Guinée Forestière. Les rapports disaient que les communautés ont été contactées à la base, ce qui est tout a fait le contraire selon les communautés rencontré sur le terrain, selon eux ces sociétés se limitent seulement au niveau des autorités locales, et s’ils étaient associés vraiment ils allaient donner leurs points de vue préoccupants. Ils disent ne jamais être informé sur quoi que se soit dans l’exploitation des mines dans leurs localités par les sociétés. L’autre problème constaté est que les sociétés minières occupaient les champs des paysans en disant que le champ est dans leur permit d’exploitation sans consulté les paysans au préalable et cela était toujours source de conflits entre population et société minière.

Pour le représentant du ministre des mines et de géologie à cette rencontre, le document tiré de cet atelier sera une bréviaire pour tous les acteurs du secteur minier dans leurs activités. Parlant de l’impact lié à l’exercice des sociétés minières sur le terrain, Mr Lansana Condé Conseiller charge de mission du ministère des mines et de la Géologie a rassuré que son département à prit des mesures pour minimisé les impacts négatif sur l’environnement, ensuite le programme de gestion environnemental va réparer tous ce qui comme impact sur le terrain.